Du blé pauvre en gluten : de nouveaux espoirs ©Monika Grabkowska

Bonne nouvelle : la recherche avance ! Des équipes américaines et espagnoles ont mis au point une nouvelle lignée de blé pauvre en gluten, qui pourrait être consommée par les cœliaques et les sensibles ! Pour mieux comprendre tout ça, on interviewé Rémi Dangla, spécialiste en génétique et fondateur de Stilla Technologies.

Du blé pauvre en gluten, quèsaco ?

Du blé pauvre en gluten : de nouveaux espoirs - Du blé pauvre en gluten ? ©Milan Popovic

Du blé pauvre en gluten ? ©Milan Popovic

Rémi Dangla : Avant de l’expliquer il faut comprendre que lorsqu’on dit que les cœliaques ne peuvent pas manger de gluten, c’est principalement à cause de la gliadine qu’il contient.

Dans la majorité des cas, c’est ce qui provoque une réaction immunitaire chez les intolérants au gluten.

Seule, la gliadine ne forme pas de gluten. Mais lorsqu’elle est en contact avec d’autres protéines et forme ainsi le gluten, c’est là qu’elle devient problématique. D’où l’intérêt d’un blé pauvre en gliadine, donc en gluten !

On retire la gliadine pour pouvoir consommer à nouveau du blé ?

Du blé pauvre en gluten : de nouveaux espoirs - De nouvelles perspectives ? ©Peter Kleinau

De nouvelles perspectives ? ©Peter Kleinau

Rémi Dangla : Oui c’est cela. Le blé pauvre en gluten représente un espoir considérable pour les gluten free, car il contient 90% de gliadine en moins que le blé traditionnel.

Le faible taux de gliadine contenu dans cette nouvelle céréale permettrait donc aux cœliaques de consommer ce blé sans détruire leur intestin : adieu à la réaction immunitaire en mangeant du blé.

Quel processus permet d’obtenir ce blé pauvre en gluten ?

Du blé pauvre en gluten : de nouveaux espoirs - Un espoir ? ©Drew Hays

Un espoir ? ©Drew Hays

Remi Dangla : Le blé pauvre en gluten est obtenu par une technique révolutionnaire, porteuse de nombreux espoirs qui porte le nom un peu barbare de CRISPR/Cas9, qui permet de modifier précisément le génome d’un être vivant.

Ainsi, dans le cas de ce blé, la majorité des gènes permettant la création de la gliadine sont désactivés : la protéine n’est presque plus produite.

Ce blé génétiquement modifié ne contient donc que très peu de gliadine. Cependant, la disparition totale de la gliadine est difficile car plus de 45 gènes codent pour sa production ! Au terme des recherches, les scientifiques aimeraient produire un blé complètement dépourvu de gliadine.

Est-ce que ce blé pauvre en gluten est transgénique ?!

Du blé pauvre en gluten : de nouveaux espoirs - Du blé modifié ©Joanna Kosinska

Du blé modifié ©Joanna Kosinska

Rémi Dangla : C’est là un autre avantage, car ce blé n’est pas transgénique. Dans la mesure où, accrochez-vous, aucun gène « étranger », appartenant à une autre espèce par exemple, n’est introduit dans ce nouveau blé : c’est simplement certains gènes de la plante, qui ne sont plus actifs.

C’est comme si on stoppait la chaîne de production de la gliadine ! Il est par contre nécessairement modifié génétiquement, puisque certains gènes sont altérés.

Qu’est-ce que ce blé pauvre en gluten apporterait aux gluten free ?

Rémi Dangla : Bien qu’il soit pauvre en gliadine, l’avantage de ce

Du blé pauvre en gluten : de nouveaux espoirs - Des pâtes pauvres en gluten ? ©Elle Hughes

Des pâtes pauvres en gluten ? ©Elle Hughes

blé est qu’il contient toujours le reste des protéines du gluten, ce qui permet de faire gonfler les pâtes. Ainsi, avec cette farine, il est possible de faire des baguettes et autres gâteaux avec une mie bien aérée. Et il permet aux coeliaques de retrouver le goût du blé !

Comme expliqué précédemment, ce blé pauvre en gluten est cependant modifié génétiquement, donc pour ceux qui préfèrent les produits naturels, mieux vaut s’abstenir.

Est-ce qu’il y a des risques pour les gluten free s’ils en consomment ?

Où en est la recherche sur la sensibilité au gluten ? ©Uniformed Services University

Ils cherchent ! ©Uniformed Services University

Rémi Dangla : Comme il reste un peu de gliadine, ainsi que les autres protéines contenues dans le gluten, ce blé doit d’abord être testé rigoureusement pour voir s’il est supporté par les cœliaques.

On peut supposer que si le blé contient moins de gliadine, il sera moins nocif. Mais toute hypothèse demande confirmation ! Seule une étude scientifique pourra le démontrer et lever les doutes.

Quand est-ce que ce blé pauvre en gluten arrivera en France ?

Du blé pauvre en gluten : de nouveaux espoirs - En cours de tests - ©Hush Naidoo

En cours de tests ©Hush Naidoo

Rémi Dangla : Cette farine de blé pauvre en sans gluten est toujours en phase de test. Des recherches plus approfondies doivent être menées afin de voir comment il est toléré par les sans gluten. Pour le moment, ce blé a été testé au Mexique et en Espagne sur des patients cœliaques et les résultats sont encourageants… Affaire à suivre donc !

Et vous, vous en pensez quoi de cette farine de blé pauvre en gluten ? Dîtes-nous tout en commentaire, le débat est ouvert…

La photo de couverture est signée : ©Monika Grabkowska


A PROPOS DE L'AUTEUR

Laure Manach

Férue de voyages, de cinéma et de lecture, Laure aime regarder par la fenêtre du train, marcher pendant des heures, les rayons du soleil qui arrivent sur son bureau, l’odeur des draps propres et de la pluie en été, le sarcasme et le beurre. Elle n’aime pas les petites grand-mères qui font leurs courses le vendredi soir et les gens dans le métro, le yoga, les écouteurs qui s’emmêlent et les pieds qui dépassent de la couette.

    COMMENTS (15)

  1. Monvoisin

    ()

    Cela serait vraiment génial de refaire des gâteaux pour mon fils sans mettre un tas de farine différente pour faire quelque chose de valable. J ai hâte pour lui.

    Répondre

  2. Karine G.

    ()

    À condition de ne pas en abuser.
    Le gluten n’est pas le seul problème des céréales qui contiennent aussi beaucoup de sucres …
    Sans parler des pesticides nécessaires à leur culture.

    Répondre

  3. Carol582

    ()

    Vu ce que me dit mon médecin, peut-être que si les scientifiques n’avaient pas trafiqué le blé depuis 50 ans pour qu’il soit plus ceci, plus cela, toujours stable une fois transformé en farine avec des taux similaires en gluten ou autre, on ne constaterait pas une recrudescence des cœliaques et des intolérants au gluten… Alors un blé de plus modifié génétiquement, clairement, non merci ! Autant tester les blés anciens, il existe en France des producteurs et des meuniers qui se sont spécialisés.

    Répondre

  4. Anton AUTIER

    ()

    Bonjour !
    Avez-vous entendu parler du Tritordeum ?
    Cette céréale a les mêmes avantages nutritionnels, mais est naturelle et est déjà produite et commercialisée en France.
    Si cela vous intéresse, je suis à votre disposition pour en discuter.
    Bonne journée !

    Répondre

    • Cécile Gleize

      ()

      Bonjour,
      Non nous n’en n’avons jamais entendu parlé… et sommes curieux de découvrir ce que c’est !!
      On vous envoie un mail pour que vous nous racontiez tout cela, car par mail c’est plus pratique 😉
      L’équipe de Because Gus

      Répondre

  5. Pingback: Lectines : je t’aime moi non plus pour les intestins ? | Because Gus

  6. Pingback: Manger sans gluten en prison, est-ce possible ?! | Because Gus

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.