Et si c’était une candidose intestinale ? ©Xavier Sotomayor

Entre votre système digestif et vous, c’est plutôt je t’aime moi non plus. Et si c’était une candidose intestinale ? Zoom sur ces champignons avec Catherine Leu, naturopathe.

Qu’est-ce que la candidose intestinale ?

Et si c’était une candidose intestinale ? ©Caroline Davis

Le microbiote intestinal ©Caroline Davis

Catherine Leu : La candidose se développe lorsque le candida albicans, champignon présent naturellement au sein de la flore de l’intestin, se développe fortement et déséquilibre notre microbiote intestinal.

On la diagnostique grâce à des signes cliniques dont les plus fréquents sont les troubles digestifs, la fatigue intense, les infections gynécologiques à répétition et troubles de la fertilité, le problèmes cutanés, le troubles psychologiques… Bref des symptômes nombreux et vagues, ressemblant à ceux quand on ne digère pas le gluten.

Heureusement, on peut confirmer le diagnostic avec une simple prise sang !

Comment la candidose se développe-t-elle ?

Et si c’était une candidose intestinale ? Un équilibre fragile ©shttefan

Un équilibre fragile ©shttefan

Catherine Leu : Le facteur émotionnel semble déterminant car on constate que de nombreuses personnes atteintes de candidose ne se sentent pas à leur place émotionnellement, professionnellement ou même au sein de leur famille.

Dès que la personne retrouve sa place, la candidose se rééquilibre. Le stress serait l’un des premiers facteurs de développement car il favorise la sécrétion de cortisol qui rend le milieu digestif acide, terrain de prédilection du champignon.

L’alimentation, tout comme la prise de certains antibiotiques, sont d’autres facteurs pouvant déséquilibrer la flore intestinale et faire apparaître une candidose intestinale.

Comment traiter la candidose intestinale ?

Et si c’était une candidose intestinale ? - Stop à l'acidité et au sucré ! ©Filip Mroz

Stop à l’acidité et au sucré ! ©Filip Mroz

Catherine Leu : Les traitements pour la candidose ont été mis au point par expérimentation. S’ils peuvent varier légèrement d’un praticien à l’autre, ils sont en général très similaires.

D’une part, le candida albicans se développe en milieu acide. L’acidité va ulcérer la paroi intestinale et la brûler par endroits. C’est pourquoi il est conseillé d’alcaliniser son alimentation, c’est-à-dire de manger des aliments peu acides, pour empêcher la candidose intestinale de se développer.

D’autre part, le candida albicans se nourrit de sucres, il est donc important de lui couper les vivres pendant un certain temps et de supprimer les sucres de l’alimentation jusqu’à ce que la flore intestinale se rééquilibre.

En plus d’un régime alimentaire spécifique, on prescrit des probiotiques et des acides aminés pour reconstituer le microbiote intestinal.

Et manger sans gluten quand on a une candidose intestinale ?

Et si c’était une candidose intestinale ? Le sans gluten n'est pas la solution à tout ! ©Olenka Kotyk

Le sans gluten n’est pas la solution à tout ! ©Olenka Kotyk

Quand on a une candidose intestinale, le problème n’est peut être pas le gluten. Les aliments sans gluten ne sont pas moins acides ou moins sucrés. Ils ne stopperont donc pas les dégâts. Cela peut cependant vous faire du bien si vos intestins sont très douloureux et que le gluten ne passe pas.

Si vous mangez sans gluten, vérifiez que ce que vous mangez ne viendra pas nourrir le candida alibicans.

Si vous pensez être gêné par une candidose intestinale, rapprochez-vous d’un praticien spécialisé pour suivre un régime approprié ! Et on ne cesse de le rappeler, pensez à faire le test avant d’arrêter le gluten, car il est important de diagnostiquer la maladie cœliaque.

La photo de couverture est signée : ©Xavier Sotomayor

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A PROPOS DE L'AUTEUR

Pauline Ulmann

Laissez un commentaire