Être coeliaque n'est pas une mode /1

« J’étais gluten free avant que ça ne devienne cool ». C’est le titre d’une tribune publiée récemment sur le site d’infos américain Slate par Laura Bennett. Cette journaliste raconte comment elle a vu la « mode » arriver. Et à quel point c’est « bizarre ».

Obsure menace ou régime obsessionnel

Être coeliaque n'est pas une mode /4

©Sasha Freemind

C’est une histoire qui ressemble à celle de beaucoup d’autres cœliaques. Laura Bennett avait 9 ans quand elle a été diagnostiquée. Elle a connu la séparation avec son plat de spaghettis préférés, le goûter d’anniversaire à l’écart des autres et l’horrible petit café attenant à un magasin bio où elle était la seule à venir manger des sandwichs. C’était dans les années 90. C’était une époque où personne ne connaissait le mot gluten. C’était avant que le gluten free ne devienne une vraie mode aux Etats-Unis (que vous soyez cœliaque ou non, testé ou non, malade ou non). Et passer du statut de seule-enfant-allergique-du-coin à celui de victime-de-la-mode, alors qu’on est (et qu’on reste) malade, c’est « bizarre ». Cette étrangeté, c’est le sujet d’une tribune que la journaliste Laura Bennett a publié sur le site d’infos américain Slate. Un coup de gueule un peu désabusé qu’on a voulu vous faire partager.

Être coeliaque n'est pas une mode /3

« On est passé d’une obscure menace à un régime obsessionnel ». ©David Marcu

« En l’espace de deux décennies, depuis que j’ai entendu le mot ‘gluten’ pour la première fois, on est passé d’une obscure menace pour un petit nombre de malades cœliaques à un régime obsessionnel pour affolés des glucides », écrit Laura Bennett. Avant, elle était une « survivaliste », spécialiste des « aliments pâteux ». Maintenant, elle a un pincement au coeur chaque fois qu’elle entend quelqu’un dire ‘gluten’, « comme si une partie de moi voulait que ce mot ridicule m’appartienne », témoigne Laura Bennett.

« Est-ce que vous avez de vraies allergies ? »

Et de raconter deux anecdotes qui montrent bien que les temps ont changé pour les malades. Il y a quelques années, au restaurant, un serveur à qui elle venait de dire qu’elle était allergique au gluten, a levé les yeux au ciel et a dit en s’éloignant : « pas encore une »…. Et puis il y a peu, quand son dentiste lui a demandé si elle avait des allergies, elle lui a répondu : « au gluten ». Et le médecin a répliqué : « laissez-moi recommencer : est-ce que vous avez de vraies allergies? »…

Être coeliaque n'est pas une mode /2

©Topich

Ce texte a été partagé 4.500 fois sur Twitter et a suscité plus de 300 commentaires. « Merci pour ce récit. Malheureusement, ceux qui ont vraiment la maladie cœliaque et ont besoin d’éviter le gluten paient très cher le fait qu’il y ait des ‘éviteurs de gluten’ qui ne font que suivre la tendance comme des moutons qui sautent une falaise », réagit par exemple Rhiannon Welles. « La maladie coeliaque n’est pas un régime. Ce n’est pas une allergie. Je suis tellement fatiguée d’expliquer ça. Je ne vais plus que dans des restaurants qui ont compris le message. Et je leur donne un gros pourboire », raconte encore Jeannie Gilman. Et vous, vous vous reconnaissez dans le récit de Laura Bennett ? La mode du gluten vous casse-t-elle les pieds ?

On attend vos réactions. N’hésitez pas à nous donner votre avis dans les commentaires ci-dessous ou sur notre page facebook.

La photo de couverture est signée ©Ariana Prestes !


A PROPOS DE L'AUTEUR

Fannie Rascle

Après sept belles années à travailler pour une rédaction web, Fannie a quitté les Champs-Elysées, direction la Maison-Blanche ! Installée à Washington depuis quelques mois, elle collabore avec plusieurs médias francophones, à la radio ou sur le web. Ses thèmes de prédilection : l'environnement, l'éducation, les débats de société et… tout ce qui se mange !

    COMMENTS (20)

  1. Frances

    ()

    J’ai l’impression au début de votre histoire de voir le récit de fille. A neuf aussi apres 5 années de souffrance, elle a dit adieu à ses plats préférés. Mais grâce au nouveau produit  » pâtes, farine spéciale  » j’ai pu lui montrer que manger sans gluten ne voulais pas dire mal manger.
    Bien sûr elle souffre de ne pas pouvoir partager un Macdo avec ses amis, alors hamburgers partys c’est à la maison.
    Pour le restaurant ici c’est le casse tête, mis à part de dire allergique , on nous rit presque au nez.
    Bonne continuation.

    Répondre

  2. Pingback: Le sans gluten de 60 Millions de Consommateurs | Because Gus

  3. Pingback: Sans gluten et fibromyalgie des pistes pour soulager | Because Gus

  4. Pingback: Prisonniers sans gluten, la pénitence | Because Gus

  5. Pingback: Djoko sans gluten, la recette miracle ?! | Because Gus

  6. Pingback: Paroles d'hommes intolérants au gluten | Because Gus

  7. Pingback: La gastronomie au naturel, de Jean Pascal Vallée | Because Gus

  8. Pingback: Jean Pascal Vallée, la gastronomie au naturel | Because Gus

  9. Pingback: Les meilleures caricatures gluten free | Because Gus

  10. Pingback: La rentrée littéraire sans gluten ! | Because Gus

  11. Pingback: Le petit guide sans gluten à Strasbourg | Because Gus

  12. Pingback: Grossesse sans gluten, est-ce que c’est risqué ? | Because Gus

  13. Pingback: Petit guide de survie pour les sans gluten chez Ikea | Because Gus

  14. Pingback: Éviter les traces de gluten & les contaminations croisées | Because Gus

  15. Pingback: Pourquoi déteste-t-on les sensibles au gluten ?! | Because Gus

  16. Pingback: Éviter les traces de gluten & les contaminations croisées – sansdouleur

  17. Pingback: Éviter les traces de gluten & les contaminations croisées. – RédacAttack

  18. Pingback: Le guide des trips sans gluten en Californie ! | Because Gus

  19. Pingback: Où manger sans gluten sur la Côte Basque ? | Because Gus

Laissez un commentaire