"Le premier jour de ma vie sans gluten" / 1

Une fois le diagnostic posé, vient le temps… des premiers errements dans les rayons sans gluten des supermarchés. Trois blogueuses américaines racontent les débuts de leur nouveau régime.

Le premier jour du reste de leur vie

Comme dans la chanson d’Etienne Daho, le jour où Megan Lierman, Jennifer Harris et Shauna Ahern ont été officiellement diagnostiquées cœliaques, a marqué le début de leur régime sans gluten. Presque une deuxième vie pour ces trois blogueuses américaines, avec quelques ratés en cuisine mais aussi de nouveaux espoirs. Témoignages.

Parcours de combattant des non cœliaques / 1

©Megan Lierman

Ce premier jour sans gluten a d’abord eu, pour toutes, un goût bien particulier, au sens propre du terme. Et leur porte-monnaie s’en souvient. « En sortant du cabinet du médecin, je suis allée directement dans un magasin bio où j’ai dépensé une petite fortune en plats préparés sans gluten et en mélanges de farines. Mais ils avaient un goût bizarre et des textures étranges, j’étais vraiment déçue », raconte Megan, jeune maman installée en Alaska.

"Le premier jour de ma vie sans gluten" / 3

La galère des courses ©Jennifer Harris

« Les premiers week-ends, je passais mon temps à courir de supermarchés classiques en magasins spécialisés pour chercher des produits que je pourrais tester. J’ai goûté toute une série de purées de pommes de terre et de plats à base de riz. Les boîtes de macaronis au fromage (un plat très apprécié des Américains, NDLR) en version sans gluten coûtaient 4 dollars, soit quatre fois plus cher que la version classique. Sans compter toute l’essence que je devais mettre dans ma voiture… », témoigne Jennifer, diagnostiquée il y a presque une vingtaine d’années. Elle travaille désormais comme conseillère auprès des restaurateurs pour les aider à proposer une carte adaptée aux intolérants au gluten.

A l’attaque du sans gluten

"Le premier jour de ma vie sans gluten" / 4

©Jennifer Harris

Faute de trouver son bonheur dans les supermarchés, Megan a dû se mettre aux fourneaux. Et elle le dit elle-même, ce n’était pas vraiment sa spécialité… « J’ai acheté un livre de cuisine spécial et je ne sais pas si c’est parce que les recettes étaient horribles ou si c’est parce que je débutais comme cuisinière mais mes premiers plats faits maison étaient totalement immangeables », reconnaît-elle en souriant. Pendant un bon moment, elle n’a donc mangé que des galettes de riz tartinées de beurre de cacahouètes. Ce n’est que dans un deuxième temps qu’elle s’est mise à cuisiner, avec enfin du succès et du plaisir, des viandes et des poissons grillés, des œufs et des salades. Et « énormément » de riz !

"Le premier jour de ma vie sans gluten" / 2

Le livre de Shauna et son mari ©Gluten-Free Girl

Fan de gastronomie avant d’être diagnostiquée, Shauna a passé elle aussi énormément de temps en cuisine au début de son régime. Au point d’y trouver… l’amour : un chef devenu son mari. C’est à quatre mains qu’ils écrivent désormais des recettes adaptées aux intolérants. « Etre diagnostiquée a changé ma vie à un point tel que je ne peux même pas faire la liste de tout ce qui a été bousculé », écrit-elle sur son blog. « A la fin de ma première journée sans gluten, je me sentais déjà pleine d’énergie, mon estomac ne me faisait plus mal quand je mangeais. A la fin du deuxième jour, je n’avais plus besoin de faire une sieste de cinq heures. Le troisième jour, mon cerveau n’était plus dans le brouillard. C’est comme si je renaissais. J’ai redécouvert le plaisir de manger », témoigne-t-elle encore.

Vous voulez témoigner ?

Vous vous souvenez de votre premier jour sans gluten et vous avez envie de nous le raconter ? Laissez votre témoignage sur le forum ou venez nous en dire plus sur notre page facebook.


A PROPOS DE L'AUTEUR

Fannie Rascle

<p>Après sept belles années à travailler pour une rédaction web, Fannie a quitté les Champs-Elysées, direction la Maison-Blanche ! Installée à Washington depuis quelques mois, elle collabore avec plusieurs médias francophones, à la radio ou sur le web. Ses thèmes de prédilection : l’environnement, l’éducation, les débats de société et… tout ce qui se mange !</p>