Les cinq minutes qui ont bouleversé ma vie / 1

Aux Etats-Unis, il faut entre six et dix ans pour qu’un malade mette enfin un nom, “maladie cœliaque”, sur ce qui lui ronge l’intestin. Paula Gardner, une bloggeuse américaine, nous raconte son parcours du combattant.

Les cinq minutes qui ont tout fait basculer

Les cinq minutes qui ont bouleversé ma vie / 2

Paula Gardner de ©Celiac Corner

Il y a tant de cœliaques qui restent sans diagnostic que je me sens presque chanceuse d’être parmi les diagnostiqués, même si cela m’a pris beaucoup de temps”. Paula Gardner se souvient comme si c’était hier du jour où le mot “cœliaque” a été prononcé pour la première fois : pendant un coup de fil de son gastroentérologue, alors qu’elle vient de déposer ses fils à l’école. La conversation a duré moins de cinq minutes, sa vie n’a plus jamais été la même. Depuis, Paula Gardner a lancé le site Celiac Corner, une sorte de cousin américain de notre Because Gus, pour partager son expérience et aider d’autres malades.

« Vous avez certainement une gastroentérite »

Les cinq minutes qui ont bouleversé ma vie / 3

Parcours du combattant ©Celiac Corner

Selon les chiffres de la NFCA, une association de malades, un patient américain met entre six et dix ans pour être diagnostiqué cœliaque. Mais, pour beaucoup d’autres, le verdict qui tombe n’est pas le bon. Paula Gardner est ainsi allée à plusieurs reprises aux urgences. “A chaque fois, on me disait : ‘vous avez certainement une gastroentérite’. Personne ne m’a alors proposé de me faire tester pour la maladie cœliaque”, raconte-t-elle. “Aux Etats-Unis, nous n’avons pas l’habitude de prendre plusieurs rendez-vous avec différents spécialistes avant que le diagnostic soit établi. Et même si le personnel soignant est de plus en plus au fait des maladies auto-immunes, il y a encore des erreurs”, assure Paula Gardner.

Les cinq minutes qui ont bouleversé ma vie / 4

Le blog de Paula ©Celiac Corner

Coloscopie, “transit oeso-gastro-duodénal” et autres examens invasifs en tous genres : voilà pour la suite du parcours du combattant. Jusqu’au test sanguin, positif. “Yes !”, jubile-t-elle encore. Mais qu’en aurait-il été si elle avait “accepté” les premiers diagnostics ? “J’aurais continué à souffrir. C’est ma détermination qui m’a permis de trouver finalement une réponse à mes problèmes au moment où ma santé était entre les mains de médecins qui avaient tort”.

A ceux qui comme elle souffrent sans savoir pourquoi, Paula Gardner donne trois conseils : “faites confiance à votre corps, n’ayez pas peur du diagnostic et n’abandonnez pas avant d’avoir trouvé une réponse” !


A PROPOS DE L'AUTEUR

Fannie Rascle

Après sept belles années à travailler pour une rédaction web, Fannie a quitté les Champs-Elysées, direction la Maison-Blanche ! Installée à Washington depuis quelques mois, elle collabore avec plusieurs médias francophones, à la radio ou sur le web. Ses thèmes de prédilection : l'environnement, l'éducation, les débats de société et… tout ce qui se mange !

Laissez un commentaire