Paroles d'hommes intolérants au gluten / 1

On a vu avec le Professeur Jean-François Bretagne, que l’intolérance au gluten touche plus les femmes. Moins nombreux, les hommes sont pourtant aussi concernés ! Comme les témoignages d’hommes intolérants au gluten se font rares sur la toile, Because Gus a voulu leur donner la parole.

Quand les hommes intolérants au gluten dédramatisent !

Pour Adrien le verdict est tombé très tôt, à l’âge des couches-culottes. Plus tard, le petit garçon a pris sa maladie en main en devenant « responsable de la bouffe » chez les scouts, « j’adaptais les menus, explique-t-il. Ça m’a habitué à cuisiner ».

Paroles d'hommes intolérants au gluten / 2

©Sophie-Fofie57

Face aux questions des curieux, une parade : l’humour. « Si je mange une bouchée de ta pizza, j’ai les dents qui tombent, je deviens tout bleu avant d’exploser, s’amuse à faire croire Adrien. J’en rajoutais à mort pour dédramatiser ». 

Un conseil pratique bien utile pour les hommes intolérant au gluten qui ont du mal à parler de leur maladie coeliaque, ou tout même de leur sensibilité au gluten !

« Au départ, je croyais que c’était un effet de mode »

Aujourd’hui, Adrien a 28 ans et la maladie cœliaque est mieux connue, plus acceptée.

Paroles d'hommes intolérants au gluten / 4

©Lesly B Juarez

Même si son collègue, Jean-Marc, reconnait qu’au début il croyait que c’était un « effet de mode, une lubie de régime», il se disait même surpris qu’un homme s’y adonne… Jusqu’à ce que, ironie du sort, il soit à son tour diagnostiqué à l’âge de 40 ans.

Il a du à son tour affronter le regard suspect des autres, de ses parents « ou des gens plus âgés qui ne croient pas vraiment que la maladie coeliaque est bien une réalité », regrette-t-il.

Des hommes intolérants au gluten ?!

Mickael, lui, n’a pas voulu se fier au diagnostic. Ce quarantenaire consultait un gastro-entérologue pour une colite chronique quand une biopsie a révélé qu’il était intolérant au gluten.

Paroles d'hommes intolérants au gluten / 3

©Ondrej Supitar

Pourtant « dans mon quotidien rien ne me fait dire que je suis intolérant », explique Mickael qui envoie alors valser le diagnostic. « Le gluten, je n’y suis pas allergique à m’étouffer, alors non je n’ai pas arrêté ». Il n’a rien changé à son alimentation et préfère faire porter au « stress » la responsabilité de ses maux de ventre…

Ce n’est donc pas parce que les hommes intolérants au gluten n’en parlent parlent pas, que ce mal ne les touche pas !

La photo de couv est de ©Luke Pamer.


A PROPOS DE L'AUTEUR

Marion Dubreuil

<p>J’ai arrêté le gluten pendant 4 ans à cause d’une inflammation du colon. C’était en 2006 et à part les galettes de riz, les produits sans gluten étaient absents des rayons des supermarchés « traditionnels ». Alors, J’ai … Squatté Naturalia. Accueilli avec une larme mon premier livre de recettes sans gluten. Galéré à faire mon premier pain. Fini par le reproduire à l’infini : farines de châtaigne et de riz, noisettes et figues. Bavé devant les rayons gluten free de New-York avec cookies, doughnuts et autres junk food !! Tout acheté ! Tout mangé ! Aujourd’hui, je mesure la simplicité de pouvoir accepter sans réfléchir une sortie dans un restaurant italien. Mais chez moi, rien ou presque n’a changé le SABOT (Seigle, Avoine, Blé, Orge et Triticale) n’a pas vraiment droit de cité. Sinon, je suis aussi et surtout journaliste, passée par France bleu, Le Mouv’ et RTL.</p>