Pourquoi diagnostiquer la maladie coeliaque ? /4

A force d’en entendre parler à droite à gauche, on ne sait plus de quoi il s’agit, ni de ce que ça implique ! Pourquoi est-il important de diagnostiquer la maladie coeliaque ? On a cuisiné le professeur Christophe Cellier pour qu’il nous explique en détails ce fameux examen, et son intérêt pour les intolérants.

Qui doit se faire diagnostiquer ?

Le dépistage de la maladie coeliaque, pourquoi ? /2

Vous êtes dans le brouillard ? Faites vous diagnostiquer ! ©Harman Abiwardani

Ne tombons pas dans l’hypocondrie, il ne s’agit pas de se faire dépister à la moindre brûlure d’estomac ! Mais quand on sait que seuls 10 à 20% des cœliaques sont diagnostiqués, on se dit qu’il y a peut-être un souci … La faute à qui ? Et bien surtout à la maladie : « L’intolérance au gluten est très difficile à diagnostiquer, c’est une maladie polymorphe, c’est-à-dire que les symptômes varient en fonction des personnes, voire, qu’il n’y a parfois aucun symptôme !« , explique le professeur Christophe Cellier, gastro-entérologue à l’Hôpital européen Georges Pompidou, « Les anglo-saxons parlent même d’épidémie silencieuse.« 

Pourquoi se faire diagnostiquer ?

Le dépistage de la maladie coeliaque, pourquoi ? /1

Se faire dépister au plus tôt pour éviter les complications !

Parce que c’est comme ça et puis-c’est-tout ! Ok, on a une réponse un peu plus développée à vous fournir… Pour la plupart des intolérants, la maladie se déclare sur le tard ( vers 40/50 ans, ou après une grossesse par exemple), et malheureusement, l’intestin peut être en mauvais état dû à des années de consommation de gluten. Alors direz-vous maintenant que le mal est fait, quel intérêt ? Tout d’abord parce que l’intestin fait partie de ces organes qui se reconstitue. Un régime adapté (c’est-à-dire strictement sans gluten) permet aux villosités de repousser et donc à la paroi intestinale de se refaire une santé. Tout n’est donc pas perdu. En revanche, « Plus on vieillit, plus l’intestin a dû mal à se reconstruire« , précise le professeur Cellier. Se faire diagnostiquer permet donc d’entamer un régime sans gluten rapidement et éviter les complications …

Diagnostiquer la maladie coeliaque et après ?

Le dépistage de la maladie coeliaque, pourquoi ? /3

Ne vous lancez pas dans le sans gluten à l’aveugle ©Oscar Keys

Car oui les complications existent quand la maladie cœliaque n’est pas diagnostiquée et que le régime n’est pas adapté ! « Ostéoporose, car l’intestin n’ingère plus le calcium, maladies auto immunes, et dans un petit nombres de cas, des lymphomes« . Un programme pas très alléchant il faut le reconnaitre…Une fois le diagnostique posé, le suivi médical permet de constater l’amélioration de la paroi intestinale, « d’abord une fois par an, on effectue des tests sanguins pour savoir si les anti-corps diminuent, puis une fois tous les deux ans pour contrôler que tout va bien.« . Le suivi médical permet aussi d’être guidé pour savoir comment se mettre au sans gluten, car le régime n’a rien d’évident ! « Il est essentiel de se faire diagnostiquer avant de commencer un régime sans gluten ! « , insiste le professeur Cellier.

Mais qu’en est-il de l’hypersensibilité au gluten, indétectable par les tests actuels et souvent ignorée des médecins ? « Ce n’est pas une maladie auto-immune, donc à priori il n’y a pas les mêmes risques de complications. »

 Photo de couverture signée ©Matthew Wiebe


A PROPOS DE L'AUTEUR

Marine Penot

Journaliste omnivore !

    COMMENTS (15)

  1. Jacqueline Dubois Pasquier

    ()

    Je corrobore. J’ai 61 ans, souffrant depuis deux ans de troubles intestinaux, ignorés la première année car tentatives d’auto-médication. Sans amélioration, j’ai paniqué. Mon médecin traitant m’a alors prescrit des analyses qui n’ont rien donné. Vu mon âge, une coloscopie s’est imposée – 4 polypes enlevés et une obligation de suivi tous les 2/3 ans mais ça n’a rien calmé du symptôme de l’intestin irritable. Janvier dernier après avoir lu des articles sur la médecine fonctionnelle et micro-nutritionnelle, je vois un médecin à Paris qui la pratique. Analyses plus poussées envoyées en Belgique et chères. Mais qui, entr’autres problèmes, détectent une certaine intolérance au gluten. Depuis 3 mois je suis donc un régime sans gluten et sans sucre principalement. Je commence doucement à aller mieux. Ma cuisine est devenue mon laboratoire et je suis passionnée par le sujet! Nouvelle passionnante aventure, il n’est jamais trop tard, mais il est évident que j’aurais dû commencer plus tôt à mieux manger, bien avant l’apparition de symptômes invalidants! Bon courage à tous et toutes qui suivent la même voie!

    Répondre

  2. Brigitte

    ()

    Merci Marine de rappeler dans cet article que la maladie cœliaque n’est pas la seule maladie liée au gluten, mais qu’il existe aussi l’hypersensibilité (et l’allergie).
    Même si elle paraît moins grave aux yeux de certains, voire farfelue et liée à un effet de mode, elle est pourtant bien réelle et tout aussi invalidante, et doit être prise au sérieux…
    Certes son mécanisme est encore méconnu, mais son seul traitement est aussi l’éviction du gluten.
    Bonne journée

    Répondre

  3. Pingback: Médecins et maladie coeliaque se connaissent-ils ? | Because Gus

  4. Pingback: Sans gluten et endométriose, une énigme ? | Because Gus

  5. Pingback: L'intolérance au gluten, une histoire qui date | Because Gus

  6. Pingback: Paroles d'hommes intolérants au gluten | Because Gus

  7. Pingback: L’autotest pour dépister la maladie cœliaque chez soi | Because Gus

  8. Pingback: Natacha de Ma Cuisine Sans Gluten, blogueuse coeliaque | Because Gus

  9. Pingback: A la découverte de l’axe intestin-cerveau… | Because Gus

  10. Pingback: Les applis sans gluten débarquent ! | Because Gus

  11. Pingback: La librairie sans gluten de Because Gus | Because Gus

  12. Pingback: Le gluten et les douleurs articulaires – RédacAttack

  13. Pingback: Y a-t-il du gluten dans le maïs et le riz ? | Because Gus

Laissez un commentaire