Une cœliaque aux JO de Tokyo en 2021 !

Oui il y aura une cœliaque aux JO de Tokyo en 2021. Elle s’appelle Albane Dubois et avec sa coéquipière Lili Sebesi, elle représentera la France en voile sur un 49er FX !

Quand et comment as-tu été diagnostiquée cœliaque ?

Une cœliaque aux JO de Tokyo en 2021
©Fédération Française de Voile

Albane Dubois : Ma maman a été diagnostiquée cœliaque assez tard, autour de ses quarante ans. A l’époque, on avait fait le test avec mon frère et mes sœurs pour savoir si nous aussi on n’était pas cœliaques. Seule une de mes sœurs a été diagnostiquée à l’époque. La maladie ne s’était pas encore déclarée chez moi.

C’est au cours de ma 1ère année études de kiné en Belgique, sûrement à cause du stress, que la maladie cœliaque s’est déclarée. J’avais des plaques rouges sur le corps. Comme maman est cœliaque et investie au sein de l’Association Française des Intolérants au Gluten (AFDIAG) mes plaques lui ont mis la puce à l’oreille. Son intuition lui disait qu’il s’agissait certainement d’une dermatite herpétiforme, l’expression cutanée de l’intolérance au gluten.

Malheureusement, le médecin n’a rien voulu entendre ! Alors que maman est cœliaque et qu’on sait que la maladie peut se transmettre par les gènes… J’ai donc attendu. Lors de ma rentrée en 2ème année de kiné, je suis allée voir le médecin du sport car j’avais très mal au tibia. C’est lui qui a accepté de me tester au passage pour la maladie cœliaque et c’est grâce à lui que j’ai été diagnostiquée. Il m’a tout de suite mise sous intraveineuse pour le fer car j’étais très carencée. Et la douleur au tibia, c’était une fracture de fatigue, j’étais vraiment au bout du rouleau !

Comment as-tu réagit quand tu as appris que tu étais cœliaque ?

Albane Dubois : J’étais à l’école en Belgique quand les résultats sont arrivés chez mes parents. Ma maman est venue à Bruxelles pour me l’annoncer en pleurant. Elle se sentait coupable de m’avoir transmis son intolérance au gluten. Puis, pendant que j’étais en cours, elle a vidé les placards de ma cuisine et tout remplacé !

Ce n’était pas nouveau pour moi, puisque maman et une de mes sœurs sont cœliaques. Donc je savais déjà comment manger sans gluten, faire attention aux traces de gluten… Mais voilà il a fallu que je change mes habitudes et surtout que je dise adieu au pain, que j’adorais tant !

Est-ce que ça a changé ton quotidien d’être diagnostiquée cœliaque ?

Albane Dubois : Je ne faisais pas encore du sport de haut niveau quand j’ai été diagnostiquée cœliaque. Je faisais pas mal de sport tout de même et à l’époque ce qui m’a le plus handicapé c’était ma fracture de fatigue.

Une cœliaque aux JO de Tokyo en 2021
@Banzaisailingteam

En école de kiné en Belgique le cursus comprend des modules de sport, contrairement à en France. J’ai donc été dispensée de course à pied.

Mais sinon ça n’a pas changé grand chose. C’est facile pour moi de manger équilibré et puis j’étais déjà briefée. J’adore cuisiner, je n’aime pas les produits industrialisés et je ne suis jamais allée chez McDonald’s !

A l’extérieur, pendant mes études il n’y avait pas de cantine donc je cuisinais. Mes amis ont fait des efforts pour cuisiner, même des choses simples. J’ai dû leur expliquer ce que c’était, mais comme ce sont des personnes qui s’y sont intéressées, elles se sont assez vite adaptées. C’est vrai sinon que j’ai tendance à plus recevoir, pour être sûre que tout est bien sans gluten. Mais quand je suis invitée, je viens toujours avec un gâteau !

Quand et comment as-tu rejoint l’équipe de France de voile ?

Albane Dubois : Petite je faisais de la voile sur les plages du Nord-Pas-de-Calais, d’où je viens. J’ai passé mon monitorat et j’enseignais les étés. Mais je ne faisais pas partie d’un club à l’année et ne regattais pas. Je faisais en revanche de l’équitation deux à trois fois par semaine et des compétitions régionales de Horse-ball.

Une cœliaque aux JO de Tokyo en 2021
@Banzaisailingteam

A la fin de mes études, j’ai eu envie faire mon mémoire en rapport avec la voile. J’ai contacté le kiné de l’équipe de France de voile, qui m’a proposé un stage de fin d’études. Quand je suis arrivée, il y avait un stage de détection de jeunes. Quand tout le monde était en mer, je n’avais pas beaucoup de travail en tant que kiné. Alors pour tuer le temps, je me suis remise à la voile pendant les entrainements des jeunes ! C’est comme ça qu’on m’a repérée. Comme j’avais un bon gabarit et que j’étais motivée, on m’a proposé un projet olympique en juillet 2014. J’ai fait mes valises et me suis installée à Marseille pour m’y entrainer.

J’avais trouvé un emploi de kiné dans une structure qui me permettait de travailler à 50%. En 2018, je me suis mise à 100% sur l’entrainement pour les JO de Tokyo. Je devais reprendre le travail en septembre 2020… mais tout a été décalé avec la pandémie liée au Covid 19 !

Être cœliaque aux JO ça change quelque chose par rapport aux autres athlètes ?

Albane Dubois : On prend forcément l’intolérance au gluten en compte au sein de l’équipe de France de voile. Bien sûr, le médecin du pôle qui suit l’équipe prend en compte ma maladie cœliaque, mais cela va au delà de ça.

Une cœliaque aux JO de Tokyo en 2021
@Banzaisailingteam

L’équipe vit en collectivité lors des stages ou des compétitions. Avant on nous préparait un même plat qu’on partageait tous en se servant dedans. Mais bien sûr une fois, le plat a été contaminé. Je suis tombée malade et ça m’a foutu en l’air une régate. Donc on ne prend pas ça à la légère, surtout avant les JO ! Depuis j’évite les repas collectifs ou les hôtels. Je briefe tout le monde, j’écris mon nom sur toutes mes affaires dans le frigo !

Au départ c’était un peu compliqué de trouver ce qu’il me fallait sur place. Mais au fur et à mesure on prend ses marques et comme les compétitions sont toujours plus ou moins au même endroit j’arrive à m’y retrouver. Récemment, il m’est arrivé de ne pas prendre assez de produits sans gluten avec moi et de rien trouver sur place pendant plusieurs jours. Tout était fermé à cause du Covid et parce qu’on s’entraîne toute la journée ! Or je dois faire attention car je perds du poids en compétition.

Pour les JO de Tokyo on envoie du matériel en container, alors j’en profite pour y ajouter mon stock de pâtes sans gluten. Je prendrai aussi ce que j’aime et ce qu’il me faut pour être sûre d’avoir de quoi manger sans prendre de risque. On part quand même un mois, et en tant que cœliaque aux JO, je dois être au top du top de ma forme !!

Enfin, peux-tu nous expliquer ce qu’est un 49er FX et à quoi ressembleront tes épreuves aux JO de Tokyo ?

Albane Dubois : Le 49er, à prononcer à l’américaine comme l’équipe de baseball de Caroline du Nord, est un bateau à voile olympique.

Une cœliaque aux JO de Tokyo en 2021
©L’Equipe – J. Renedo/Sailing Energy

C’est un bateau d’équilibriste, car si on ne fait rien, le bateau dessale. La coque est plate, il y a trois voile, on va vite et c’est très technique parce qu’on joue avec l’équilibre en permanence. C’est notamment pour ça que je ne peux pas me permettre de perdre du poids en compétition ! FX c’est juste pour dire qu’on est dans la catégorie féminine.

Pendant les JO on sera plusieurs bateaux à concourir en même temps sur un parcourt dit banane. ligne de départ est perpendiculaire au vent et se fait donc face au vent. Le but est d’aller chercher le plus vite possible une bouée qui est très loin de nous et dans l’axe du vent. Il faut donc fait des zigzags, on appelle ça louvoyer, à l’aller et au retour pour y arriver. La compétition se déroule sur 6 jours et il y a 17 manches réparties sur la semaine. Je dois donc faire attention à tous les repas avant et pendant plusieurs jours !!

Lorsqu’on a interviewé Albane, la jeune femme attendait encore de savoir si elle allait participer aux JO de Tokyo. Le 27 avril 2021, la Commission consultative de sélections olympiques (CCSO) a finalement validé sa sélection officielle ! Avec sa coéquipière Lili Sebesi, elles peuvent désormais mettre le cap sur le Japon. Pour suivre leurs aventures, rendez-vous sur leur compte instagram @banzaisailingteam !

Cet article a été publié le 12/05/21 et a depuis été mis à jour par l’équipe.

La photo de couverture est signée : ©SailingEnergy


A PROPOS DE L'AUTEUR

Cécile Gleize

Fondatrice de Because Gus et gluten free !

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.