Laurence Haurat, l'effet placébo du sans gluten / 1 Laurence Haurat © DR

Rencontre avec Laurence Haurat, psychologue nutritionniste, qui revient sur les impacts psychologiques de la modification de l’alimentation dans les cas soupçonnés d’intolérance au gluten ou de maladie cœliaque.

Laurence Haurat, dans des cas d’intolérance ou de pathologies liées à l’alimentation, corps et esprit doivent-ils systématiquement être associés ?

Laurence Haurat : Je pense que l’être humain est un corps surmonté d’une tête, avec des affects, une construction particulière, une personnalité, une éducation, une culture… Et tous ces déterminants, qui sont psychosociologiques, ont un impact fort sur l’alimentation et inversement.

Laurence Haurat, l'effet placébo du sans gluten / 2 ©Volkan Olmez

©Volkan Olmez

On a quand-même l’obligation de manger depuis le premier jour de sa vie (et même avant !) jusqu’au dernier ! C’est quelque chose qui est vital et social, puisque l’on partage son alimentation, on se nourrit de ce que les autres fabriquent.

C’est aussi un acte psychologique, puisque dans le premier lien nourricier intra-utérin et dès les tous premiers jours, il y a quelque chose qui se construit de l’ordre du rapport aux autres, à sa mère… Donc on voit bien à quel point l’alimentation, l’humeur, le moral et l’estime de soi sont liés.

Quel est l’impact psychologique de l’arrêt de certains aliments sur les patients qui n’ont pas trouvé de réponse médicale à leur problème ? Peut-on parler d’impact psychosomatique ou d’effet placébo ?

Laurence Haurat, l'effet placébo du sans gluten / 3 ©Jake Givens

©Jake Givens

Laurence Haurat : Oui, l’arrêt du gluten peut avoir un effet placébo ! Il y a des gens qui ont été diagnostiqués comme tolérants et non allergiques au gluten qui se sentent mieux en arrêtant d’en manger ! Et que ce soit placébo, psychosomatique ou physiologique, il n’y a aucune raison d’empêcher un patient d’aller mieux.

Même pour un médicament, on sait qu’il y a un effet placébo et un effet nocébo. Donc tout traitement a bien une dimension psychosomatique ! En arrêtant le gluten, le simple fait que le patient prenne soin de lui, qu’il s’autorise à dire qu’il va mal pour ensuite dire qu’il va mieux peut suffire !

Quelle approche psychologique adoptez-vous avec vos patients intolérants ou allergiques au gluten ?

Laurence Haurat : Tout d’abord, il s’agit d’informer le patient, qui arrive souvent perdu, ne sachant pas exactement à quel type d’aliment il est intolérant, et qui est fatigué de souffrir. Il ne faut donc pas se disperser, et arrêter le gluten de manière propre. Avant, il est cependant conseillé de faire des analyses pour vérifier que l’on n’est pas atteint de la maladie coeliaque, une pathologie qui nécessite un suivi particulier.

Laurence Haurat, l'effet placébo du sans gluten / 3

©Brooke Cagle

D’ailleurs, certains patients réalisent alors que ce n’est pas au gluten qu’ils sont intolérants. Mais dans les cas où c’est le gluten qui est responsable, l’arrêt de sa consommation n’est généralement pas vu comme une privation, car le bénéfice retiré est tel que le patient éprouve un réel soulagement à avoir enfin mis le doigt sur la raison de sa souffrance.

Site Internet de Laurence Haurat : www.dietepense.fr

Photo de couverture : Laurence Haurat, psychologue nutritionniste entre Bordeaux et Paris. Auteure de plusieurs livres sur les régimes et l’alimentation de l’enfant, elle intervient notamment dans le Magazine de la santé sur France 5. Crédit © DR.


A PROPOS DE L'AUTEUR

Caroline Thabeault

Née en 1985, Caroline Thabeault est journaliste bimédia et secrétaire de rédaction au magazine "àParis". Diplômée de l'Institut pratique du journalisme, elle fait ses premières armes de journaliste au Parisien, avant de rejoindre les équipes d'"àParis" après avoir été pigiste pendant plusieurs mois. Passionnée de littérature et de culture, elle est également sensible aux sujets de société. Sa bonne résolution pour 2015 : trouver du temps pour reprendre l'animation de son blog Delapagealecran !

    COMMENT (1)

  1. Pingback: Sans gluten : qui sont les gluten free ?

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.