Sans gluten et autisme, où en est-on ? /2

Le régime sans gluten peut-il aider les autistes ? Question épineuse ! Aujourd’hui, l’état de la recherche ne peut pas confirmer cette hypothèse, et pourtant la pratique semble donner quelques pistes de réflexion. On fait donc le point sur le lien entre sans gluten et autisme.

« Il y a deux ou trois ans…

Sans gluten et autisme, où en est-on ? /1

Le régime sans gluten une bulle d’espoir pour l’autisme ? ©Leo Rivas Micoud

… j’ai décidé, contre l’avis médical du gastro-entérologue, d’essayer le régime sans gluten et sans caséine. Nous avons gagné en confort sur sa santé et sa digestion et les troubles du comportement devraient diminuer. » Ce témoignage c’est celui de Sleun, maman d’une petite fille de 7 ans, autiste. Comme beaucoup d’enfants autistes, elle souffre de problèmes de digestion, mais ces troubles restent sans explication. « Nous avons refait les tests d’intolérance au gluten et au lait, ils ressortent toujours négatifs. Si K. fait un écart, elle peut avoir de terribles douleurs, comme rien du tout », raconte Sleun, « pour moi, elle y est bien sensible, mais je ne saurais dire si c’est le lait, le gluten ou encore autre chose qui y serait fréquemment associé. ».

L’œuf ou la poule ?

Sans gluten et autisme, où en est-on ? /5

Aux origines de l’autisme ©Désirée Fawn

La sensibilité au gluten et l’autisme, c’est un peu l’histoire de l’œuf ou la poule, on ne sait pas trop qui est à l’origine de l’autre… Les symptômes de K., sont semblables à ceux de beaucoup d’autres. En effet, les enfants autistes présenteraient plus de risques d’être sensibles au gluten. C’est ce qu’en a conclu une étude américaine parue  en 2008, qui a remarqué que les enfants autistes avaient des niveaux plus élevés d’anti-gliadine (les anti-corps qui agissent contre le gluten et qui sont généralement des marqueurs de la maladie cœliaque) que les enfants en bonne santé. Mais là où ça devient compliqué, c’est que, malgré ce taux élevé d’anti-corps, il n’y a aucune trace de la maladie cœliaque… On en déduit donc qu’il s’agit d’une sensibilité au gluten.

Mais difficile pour les spécialistes de faire le rapport entre autisme et sensibilité, tout d’abord parce que les deux sont très difficile à diagnostiquer. Que ce soit pour l’autisme ou pour la sensibilité au gluten, les médecins n’ont aucun marqueur biologique pour repérer la maladie. « S’il y a peu d’études sur le sujet, c’est que la notion même de sensibilité alimentaire est contestée par un certain nombre de scientifiques. », explique le Dr Menat, médecin généraliste, diplômé en diététique et maladies de la nutrition. Résultat, le flou scientifique qui existe autour de ces deux maladies empêche les médecins de déterminer leurs causes et leurs effets. Sans oublier que « jusqu’à très récemment, l’autisme était considérée comme une maladie psychiatrique », précise Eric Menat, « récemment, les experts ont enfin validé le fait qu’il s’agissait d’un trouble du fonctionnement du cerveau avec, peut-être, d’autres dysfonctionnements qui n’ont pas été validés à ce jour.« 

Sans gluten et autisme, un régime controversé

Sans gluten et autisme, où en est-on ? /3

©Myles Tan

Aujourd’hui, impossible d’affirmer que le régime sans gluten améliore l’état de santé des autistes. En 2009, l’Afssa a publié un rapport, affirmant que le régime sans gluten n’avait donné aucune preuve de son efficacité et qu‘il pouvait même être dangereux pour les enfants, en leur faisant courir des risques de carences alimentaires. S’il est vrai qu’à ce jour, aucune étude n’a pu démontrer le lien entre les deux, les preuves empiriques sont là : « A l’heure actuelle, on ne peut rien affirmer, si ce n’est qu’en faisant un écart à son régime, elle a très souvent une recrudescence de problèmes digestifs. », constate Sleun.

Quelles sont les hypothèses ?

Sans gluten et autisme, où en est-on ? /6

Des questions qui demeurent sans réponse ! ©Jonathan Simcoe

De nombreuses hypothèses sont faites, dont celle de la théorie de l’excès opioïde. Selon cette théorie (au terme un peu barbare, on vous l’accorde), les enfants autistes auraient tendance à mal assimiler la caséine et le gluten. Au cours de la digestion, ces protéines libéreraient des peptides qui atteindraient le cerveau sous une forme proche de celle de la morphine, provoquant ainsi les mêmes troubles de comportement (isolement, détresse face à l’inhabituel, etc.). Néanmoins, cette théorie n’est pas valable pour tous les enfants autistes : « Le comportement de certains enfants négatifs aux peptides s’améliore par l’arrêt du gluten, prouvant que la notion de peptides n’est pas la seule explication.« , précise Eric Menat.

Sans gluten et autisme, où en est-on ? /4

Gluten ou sans gluten, quel chemin prendre ? ©Jamie Taylor

Un test d’urine permet de détecter ces peptides et ainsi savoir si le gluten et la caséine sont correctement éliminés par le corps. Le cas échéant, un régime sans gluten et sans caséine peut être adapté. « Pour les intolérances, la prise de sang est la référence et les urines ne servent à rien évidemment« , rappelle le Dr Menat.

« Je suis sceptique sur la guérison de l’autisme par un régime alimentaire mais j’y reste très attentive. », nuance Sleun, « Mais il faudrait que la médecine soit partie prenante, aidante, que le suivi soit facile à faire et les produits remboursés ou à moindre coût… »

Le témoignage d’une maman

Petit Léo et les 40 Docteurs ©Christine Bouscailhon

Petit Léo et les 40 Docteurs ©Christine Bouscailhon

Christine Bouscailhon, la co-fondatrice de la boulangerie pâtisserie sans gluten Glouton Frais, a décidé de raconter l’histoire de son fils dans un ouvrage.

Dans son livre Petit Léo et les 40 Docteurs, elle raconte son difficile parcours avant que les médecins ne posent un nom sur les troubles du petit Léo. Christine y parle de l’influence du microbiote et de l’alimentation de son petit, qui l’ont aidé a progresser une fois qu’elle a su que Léo était autiste.

Si vous avez envie de lire son livre, vous pouvez participer à la campagne Ulule en cours, jusqu’au 13 janvier 2016 !!

Photo de couv’ signée ©Micha Parzuchowski

Enregistrer


A PROPOS DE L'AUTEUR

Marine Penot

Journaliste omnivore !

    COMMENTS (14)

  1. Paul Ingénieur en biochime des aliments

    ()

    Chère Madame, si votre enfant est autiste, vous ne risquez absolument rien quand aux carences nutritionnelles
    le pain blanc,: index glycémique très élévé: 85 voir plus
    l’amidon: il y en ailleurs
    les protéines du pain: il manque de le lysine, un acide aminé indispensable pour la bonne assimilation de la protéine dans l’intestin, après la protéolyse intestinale, Bilan aucun intérêts quand aux protéines du blé
    les matières minérales et oligo-élements, il n’y a plus rien dans la farine blanche
    les vitamines; détruites au le four à 250°C
    et pour finir les japonais et les chinois ne mangent pas de pain, sont-ils carencé pour autant
    Les lobbys sont puissants chez nous
    et dans les lobbys je mets l’agro-alimentaire dont je viens et les médecins
    à qui nous donnons trop de pouvoirs et ne connaissent pas la biochimie de la nutrition
    En f France, si vous n’avez pas sur le front, l’étiquette de telle ou telle faculté de médecine
    on ne vous prends au sérieux
    et puis votre enfant ne mourra pas même si pendant 3 mois il ne mange pas de pain
    de quoi avez vous peur?
    du regard du médecin, soyez curieux, essayez sur vous m^me

    Répondre

    • Marine Penot

      ()

      Bonjour Paul ! Merci pour votre commentaire 🙂
      On rappelle quand même qu’il vaut mieux consulter avant de se lancer dans un régime sans gluten ! 🙂

      Répondre

  2. stretch

    ()

    Guérir l’autisme? Autisme est une différence neurologique, rien de plus ou moins. On naît et meurt autiste. Rien ne peut « geurir » l’autisme, comme rien peut « guérir » d’être homosexuel, être gaucher, ou être une femme. Ça va sans dire qu’autisme n’est pas, non plus, une maladie. Comme remarqué ailleurs, « les autistes sont en parfaite santé physique et mentale. »

    Pour tout qui est information fiable sur l’autisme et gluten, caséine et n’importe quoi d’autre, cherchez les avis de Dr. Laurent Mottron, spécialiste dans ce domaine.

    Encore un article qui contribue aux désinformations autour de l’autisme, et donc, est nuisible aux autistes. Franchement, on en a marre.

    Répondre

  3. Coco

    ()

    Bonjour je suis maman d’une autiste de cinq ans qui est très calme depuis l’arrêt du lait et du gluten je suis un programme précis avec complément .on nous fait peur avec les carences foutaises le gluten n’apporte rien en vitamines vitale .vous pouvez me contacter .

    Répondre

  4. ternant

    ()

    Bonjour,
    Tout d’abord je souhaiterais acheter le livre mentionné ci dessus. De plus j’ai une fille autiste de 6 ans qui suit différentes thérapies depuis 18 mois couplées à un régime alimentaire SGSSSC. Tout ceci découle d’analyses biomédicales réalisées à l’étranger ayant mis en évidence des troubles digestifs importants, de nombreuses carences et intolérances alimentaires etc..C’est grâce à tout cela que notre fille a vu son score autistique diminuer des deux tiers très très rapidement ! Il faut cesser le processus d’inflammation de la muqueuse intestinale entretenu par les aliments inflammatoires comme le pain, lait de vache. Nous avons retrouvé un contact visuel 2 jours après l’arrêt du gluten et de la caséine.

    Répondre

  5. Pingback: A la découverte de l’axe intestin-cerveau… | Because Gus

  6. Aline

    ()

    Bonjour, Maman d’un autiste de 20 ans, je suis passée moi aussi par les recherches Caséine et gluten. Quand mon fils a eu 6 ans on a demandé un test d’anticorps antigliadine bien sur contesté par des médecins ne parlant que maladie cœliaque sans rapport avec l’autisme, n’empêche que mon fils avait des anticorps antogliadine. Le gastro enterologue s’est limite fichu de nous en nous disant que la maladie cœliaque n’avait aucun rapport avec l’autisme. On a bien tenté un petit régime sans gluten et sans caséine mais sans soutien médical, on était inquiets à l’idée de faire tout ça pour rien d’autant qu’à l’époque il était difficile de trouver des produits sans gluten et ils étaient totalement hors de prix, pris en charge exclusivement pour les personnes qui avec maladie cœliaque. Depuis 2 ans mon fils souffre de constipation chronique entraînant des troubles du comportement très importants (agressivité violence…) forcément il a mal au ventre il n’a pas de quoi être content. Diverses hospitalisations, une tonne de traitements laxatifs sans effet, des préparations destinées à être données avant coloscopie (xprep colopeg…), et même du dulcolax pour obliger ses intestins à travailler. Rien à faire. Je suis donc à aller à Etampes, seul établissement de soins spécifiques à l’autisme. Ils m’ont dit la bas et dieu sait qu’ils doivent en voir, 90% des autistes souffrent de constipation chronique surtout à l’âge adulte, et aucune explication n’a encore été trouvée, ils m’ont dit que les probiotiques pourraient l’aider, je suis en train d’essayer. Mais j’ai repensé à cette histoire de gluten et je me suis dit que peut être une sensibilité au gluten ou à la caséine pouvaient générer des problèmes digestifs et je vais retenter un nouveau régime cette fois au moins avec le soutien de l’hôpital d’Etampes. Il y a bel et bien un lien être autisme et transit. Je ne prétends pas qu’un régime sans gluten va faire disparaître son autisme Mais si ca pouvait le soulager il est bien évident que les troubles du comportement seraient moins importants. Quand mon fils souffre il tape il s’énerve, normal nous aussi, sauf que nous savons le verbaliser. Bon courage à tous les parents qui doivent toujours effectuer des recherches seuls pour aider leurs enfants.

    Répondre

    • Cécile Gleize

      ()

      Bonjour Aline, merci beaucoup pour votre précieux témoignage ! Comme vous le dîtes, il y a certainement un lien entre digestion et autisme et on espère que la recherche le trouvera bientôt pour vous aider 🙂
      En attendant, n’hésitez pas à nous tenir au courant !
      On vous embrasse très fort vous et votre fils 😉

      Répondre

  7. Pingback: Les troubles gastriques chez les enfants autistes - mAdamB

Laissez un commentaire