Sportif et gluten free, si si c'est possible ! / 1

Sur les conseils d’un entraîneur, Jay Beagle a commencé il y a quelques années à suivre un régime sans gluten. Mission impossible pour un sportif de haut niveau ? Pas du tout, ce Canadien joue aujourd’hui dans l’équipe professionnelle de hockey de Washington et il n’hésite pas à faire du prosélytisme autour de lui.

Le coming out gluten free de Jay

98 kg pour 1,91 m : Jay Beagle est ce qu’on peut appeler un solide gaillard. Et quand on sait que ce hockeyeur de l’équipe des Washington Capitals gagne chaque année 1 million de dollars, on peut en conclure qu’il a bien réussi dans la vie. Une carrière de sportif professionnel qu’il a choisi de mener sans gluten.

Sportif et gluten free, si si c'est possible ! / 2

Jay Beagles ©PuckBuddies

C’est un journaliste sportif qui a découvert l’information il y a quelques années en demandant à Jay Beagle et à un de ses coéquipiers quelle était leur bière préférée. Ils ont d’abord fait remarquer qu’ils ne buvaient pas très souvent d’alcool… et puis ils ont fini par glisser ce nom : Redbridge, une bière gluten free. Quelques mois auparavant, sur les conseils de leur entraîneur, les deux joueurs avaient en effet décidé de ne plus manger de gluten.

Jay Beagle n’est pas atteint d’une maladie cœliaque mais à force d’ingurgiter un régime hyper-protéiné et chargé en féculents, il souffrait de problèmes de digestion. De là à arrêter le gluten, il y a un pas qui n’a pas été facile à franchir. Renoncer à son paquet de pâtes traditionnel et à son pain chéri, Jay Beagle pensait que ce serait mission impossible. Mais il s’est très vite senti moins « ballonné » et plus « fringant ». « Se débarrasser de cette impression d’aller à l’entraînement ou de commencer un match en sentant son estomac rempli et lourd, c’est énorme. Ça change vraiment tout », a-t-il confié aux auteurs de The Gluten-Free Edge, un ouvrage qui s’intéresse au régime sans gluten pour les sportifs.

Petits plaisirs de sportif

Sportif et gluten free, si si c'est possible ! / 3

C’est l’heure du goûter ©Daniel Patterson

Précisons quand même au passage que Jay Beagle n’est pas tout à fait comme vous et moi : la nourriture, c’est un carburant pour nourrir son corps de sportif, cette machine à foncer sur la glace. « Je ne mange pas pour le plaisir, je mange pour gagner des muscles et de la puissance et pour récupérer », confiait-il dans les colonnes du Washington Post il y a quelques années.

Mais Jay Beagle s’accorde quand même quelques petits plaisirs gustatifs. Il adore les patates douces, préparées en version sucrée avec de la cassonade et de l’huile de noix de coco. En cas de fringale, il grignote des barres de céréales aux fruits secs de la marque Kind ou… du hummus. Et pour un plateau-télé, il aime bien se faire une assiette de chips au maïs avec du fromage fondu, des poivrons et de la viande de bison. Miam !

Sportif et gluten free, si si c'est possible ! / 4

Les conseils de récup de Jay ©Maja Petric

Depuis presque quatre ans, Jay Beagle réussit donc parfaitement à être un sportif de haut niveau sans manger de gluten. Il fait même aujourd’hui du prosélytisme auprès de ses confrères de la NHL, la National Hockey League, pour vanter les mérites de son régime. Après les matchs, il dégaine son Nutribullet, une sorte de blender-extracteur de jus vendu dans les émissions de télé-achat, et il prépare une potion secrète qu’il partage avec ses coéquipiers. Des myrtilles, des bananes, de l’eau, de la glace, des protéines en poudre et de la crème d’amandes : il l’assure, c’est la clé pour récupérer après un match. Quand on sait que le hockey est considéré comme le sport le plus rapide au monde mais aussi le plus violent, on a envie de le croire.


A PROPOS DE L'AUTEUR

Fannie Rascle

<p>Après sept belles années à travailler pour une rédaction web, Fannie a quitté les Champs-Elysées, direction la Maison-Blanche ! Installée à Washington depuis quelques mois, elle collabore avec plusieurs médias francophones, à la radio ou sur le web. Ses thèmes de prédilection : l’environnement, l’éducation, les débats de société et… tout ce qui se mange !</p>