Difficile de manger différemment en France ? ©Jakob Owens

Est-ce difficile de manger différemment en France ? Quel est notre rapport au sans gluten ? Comment ça se passe à l’étranger ? Virginie Wolff, doctorante en sciences sociales, nous aide à y voir plus clair !

Est-ce difficile de manger différemment et donc sans gluten ?

Quoi tu manges différemment ?! ©Alex Guillaume

Quoi tu manges différemment ?! ©Alex Guillaume

Virginie Wolff : Manger sans gluten chez soi, ne semble plus si compliqué. Il est aujourd’hui plus facile de trouver et d’imaginer des recettes à base de produits naturellement sans gluten. D’ailleurs, les mangeurs sans gluten sont particulièrement créatifs et inventifs pour remplacer les aliments contenant du gluten !

Depuis quelques années, les magasins biologiques, les épiceries de quartier ou encore les supermarchés proposent une gamme plus importante de produits sans gluten. Mais les grandes villes sont avantagées par rapport aux zones rurales où il peut être difficile de manger différemment.

Chouette c'est sans gluten ! ©Andrew Robles - Difficile de manger différemment en France ?

Chouette c’est sans gluten ! ©Andrew Robles

Ensuite, manger différemment à l’extérieur peut s’avérer nettement plus compliqué ! Il faut parfois prendre des risques avec les contaminations croisées sans que cela ne tourne à l’obsession et à l’angoisse.

Enfin, aller manger sans gluten chez des amis… ça dépend ! Entre ceux qui oublient, ceux qui ne comprennent pas et ceux qui ne veulent pas entendre… Cela peut être difficile, mais les personnes que j’interroge pour ma thèse me disent toutes qu’on tend vers plus d’ouverture. Il faut donc continuer à sensibiliser ses proches et leur montrer qu’il existe mille et un repas naturellement sans gluten !

Quel est le rapport des Français au sans gluten ?

Virginie Wolff : En France, la question des sensibilités aux gluten a émergé tardivement dans la sphère publique contrairement à d’autres pays. Peu d’experts et de chercheurs français se sont penchés sur le sujet dessus, notamment parce qu’il existe peu de financements.

Difficile de manger différemment en France ?

On booste les recherches !! ©University of Liverpool faculty of Health and Life Sciences

Or, pour obtenir des financements, il faut prouver que de nombreuses personnes sont concernées. Par exemple, s’il y avait plus d’adhérents à l’AFDIAG (NDLR: ou une association de sensibles non-coeliques), il y aurait peut-être plus de subventions, etc… et donc plus de moyens pour agir.

Le modèle médical en France fonctionne sur la base de la preuve scientifique. Les patients sont moins écoutés et leur vécu n’est souvent pas pris en compte. Comme la plupart du temps, tout repose sur les diagnostics (prise de sang, biospsie, etc…), que dans le cas de  la sensibilité au gluten, il n’existe pas de tel diagnostic légitimé et reconnu par l’ensemble des médecins, on reste dans la controverse.

Enfin, dans l’imaginaire des personnes, les aliments à base de blé, comme le pain n’apparaissent pas comme un aliment « dangereux » pour la santé, mais plutôt comme des aliments de base, naturel, sains  etc… C’est  donc compliqué de manger différemment en France et demande parfois un effort de justifications et d’argumentations.

Est-ce que le sans gluten est intégré chez les restaurateurs ?

"Ah c'est pour maigrir c'est ça ?!" ©Ian Pham - Difficile de manger différemment en France ?

« Ah c’est pour maigrir c’est ça ?! » ©Ian Pham

Virginie Wolff : Les cuisiniers ne sont très rarement sensibilisés à cette question. Il serait pourtant très simple de proposer des plats naturellement sans gluten et d’éliminer tout risque de contamination. Il devient nécessaire de former et de sensibiliser les apprentis restaurateurs.

Il existe quelques initiatives dans certaines écoles d’hôtelières, mais elles restent rares. Et donc, les restaurateurs ne prennent pas toujours les demandes des sensibles au gluten au sérieux !

Dans la restauration collective, comme par exemple à la cafétéria, à la cantine scolaire, au restaurant universitaire, c’est quasiment impossible de trouver du 100% sans gluten. L’AFDIAG s’est lancée le pari de sensibiliser ces acteurs. Il y a encore beaucoup de travail à faire !

Tous ensemble !! ©Rawpixel.com - Difficile de manger différemment en France ?

Tous ensemble !! ©Rawpixel.com

Qu’en est-il dans les pays étrangers ?

Virginie Wolff : En Italie, en Espagne et en Allemagne, il y a plus de produits sans gluten dans les supermarchés et dans les restaurants.

Mais surtout, les médecins sont plus informés, plus à l’écoute et les associations ont plus de poids sur les pouvoirs publics, etc… Mais ça n’empêche pas ceux qui mangent «différemment » d’être confrontés aux difficultés du quotidien, comme lors du déjeuner par exemple !

Avez-vous des conseils pour ceux qui mangent différemment ou sans gluten ?

Tous à table ! ©Toa Heftiba - Difficile de manger différemment en France ?

Tous à table ! ©Toa Heftiba

Virginie Wolff : Si j’avais un conseil, ce serait de ne pas s’enfermer dans des conflits avec des personnes qui ne comprennent pas vos choix alimentaires ou vos symptômes. Il est parfois difficile de faire preuve d’assez d’empathie et de se mettre à la place de l’autre.

Nous avons été socialisés de façon à avoir besoin de preuves pour croire, mais il faudrait sortir de cette façon de voir les choses.

Faisons avancer la thèse de Virginie !

Virginie réalise actuellement une thèse sur les intolérances alimentaires et des régimes d’évictions. Elle cherche des gluten free qui souhaiteraient témoigner.

Son objectif est d’entendre et de faire entendre leur voix, leurs expériences de vie, aussi bien dans la sphère médicale que dans la vie de tous les jours. Si vous voulez la contacter, n’hésitez pas à nous faire signe en commentaire !!

La photo de couverture est signée : ©Jakob Owens

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


A PROPOS DE L'AUTEUR

Edwige Leroy

<p>Aventurière culinaire, Edwige se sacrifie toujours quand il s’agit de tester de nouveaux restaurants ! Et ce qu’elle aime par dessus tout c’est le matcha, lire au bord de la piscine, chanter du Daniel Balavoine et manger des bananes séchées.</p>

    COMMENTS (10)

  1. Graux

    ()

    Je peux témoigner pour la thèse de Virginie Intolérante au gluten; gluten free que depuis 6 ans. J’ai rencontrés de nombreuses difficultés et eu des differents avec mon entourage et mon médecin…. malheureusement il n’y a pas de tests scintifiques qui puisse attester que je suis intolerante.

    Répondre

  2. Meryl

    ()

    Bonjour. Je peux participer à la thèse de Virginie.
    Je mange sans gluten depuis 5 ans mais aussi sans lactose, et effectivement c’est parfois difficile de faire comprendre cela à l’entourage même proche.

    Répondre

  3. Eve

    ()

    Bonjour je peux également témoigner, avec plaisir. Il faut faire avancer les mentalités à ce sujet c’est important ! J’ai une colopathie fonctionnelle ( syndrome de l’instestin irritable) diagnostiqué depuis 4 ans et donc en autre avec une alimentation sans gluten.

    Répondre

Laissez un commentaire